Copyright © 2014-2022 Murielle Gagné – Auteure / Journaliste indépendante

Marie Curie « la plus emblématique de toutes les femmes scientifiques »

Archives

Le 7 novembre, la communauté scientifique internationale se souvient de Marie Sklodowska Curie, née ce jour en 1867. Science Magazine www.science.org rappelle la signature exceptionnelle de cette femme de génie ! En 2017, à cette même date, le Science Books Blog la qualifiait « the most iconic of all female scientists / la plus emblématique de toutes les femmes scientifiques » lors des célébrations de son 150e anniversaire de naissance.

Physicienne, chimiste, professeure émérite, conférencière, auteure et découvreuse a défini la radioactivité en collaboration avec son conjoint, Pierre Curie, et H. Becquerel avec qui elle a partagé le prix Nobel de physique, en 1903. On lui attribue l’invention du mot radioactivité.

En 1911, Marie S. Curie obtiendra le prix Nobel de chimie en solo pour ses découvertes du radium pur et du polonium. Première femme nobélisée, elle fut également la première femme détentrice de 2 prix Nobel dans des disciplines différentes.

Ses découvertes du radium pur et du polonium demeurent les bases de la médecine nucléaire moderne. Le polonium nommé en l’honneur de son pays natal a permis le développement d’applications liées à la radioactivité, entre autres, les réchauffeurs dans les sondes spatiales, les dispositifs antistatiques, les sources de neutrons, de particules alpha et de poison.

Elle n’a pas voulu breveter ses méthodes de traitement du radium et les nombreuses applications médicales.

Sa théorie, démontrant que les rayons ne dépendaient pas de la forme de l’uranium mais de sa structure atomique, a créé un nouveau domaine d’étude, la physique atomique.

Durant la Première Guerre mondiale, elle a créé la voiture radiologique et les premiers appareils à rayons X portables, en collaboration avec l’armée française. Il y a eu plus d’une cinquantaine de ces voitures qui parcouraient les tranchées allant soigner les soldats blessés. Ceux-ci les appelaient «les Petites Curie». Ces cliniques radiologiques roulantes ont également desservi les régions rurales de la France, la plupart sans infrastructures médicales.

Conférencière célébrée sur les tribunes les plus prestigieuses, elle est l’auteure de livres et documents académiques référentiels et a signé de nombreux articles dans des revues scientifiques nationales et internationales.

Elle fut nommée à la Commission internationale de coopération intellectuelle du Conseil de la Société des Nations. Elle a également été membre de l’Académie de Médecine du Physic Solvay, et du Comité de coopération intellectuelle de la Société des Nations.

Récipiendaire de nombreux diplômes honorifiques, elle a fait partie de sociétés savantes mondiales. On lui a dédié un timbre-poste. Son laboratoire de recherche est devenu le Musée Curie de Paris. En 1921, la présidence des États-Unis lui a présenté un gramme de radium en reconnaissance de ses réalisations scientifiques et humanitaires.

Elle mourut en 1934 vraisemblablement des suites d’exposition aux radiations dont, sembla-t-il, elle ignorait la dangerosité.

_________________

NOTE : Cette capsule info fait partie de mon livre répertoire INVENTRICES …de tout âge …de tout lieu : 420 femmes d’inventions – sous le thème no 26 Nucléaire.

Catégories

Archives

Journaliste indépendante

Follow S C I E N C E S . . . en bref on WordPress.com
%d blogueueurs aiment cette page :