Copyright © 2014-2022 Murielle Gagné – Auteure / Journaliste indépendante

TROIS INVENTRICES, TROIS VACCINS

Archives

ET des MILLIONS de VIES SAUVÉES

Trois scientifiques, professeures et chercheuses ont créé le premier vaccin contre la coqueluche, en 1938, un autre contre la diphtérie et un troisième contre le tétanos au début des années 1940. Elles ont également inventé le vaccin trivalent DPT contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite, en 1942.

Elles ont pour nom Grace Eldering, docteure en sciences, Loney C. Gordon, docteure en chimie et Pearl L. Kendrick, docteure en sciences. Trois femmes d’inventions des États-Unis qui ont sauvé des millions de vies dans le monde entier, surtout des enfants.

En 1932, Kendrick et Eldering ont entrepris des travaux sur la coqueluche et, quelques années plus tard, Gordon viendra compléter le trio. Les ressources financières étant de plus en plus rares, la Grande Dépression faisant ses ravages, elles ont dû défrayer les coûts de leurs recherches et les poursuivre même hors de leur horaire de travail.

C’est Gordon qui, grâce à ses analyses chimiques des cultures de la coqueluche, a pu identifier la souche porteuse dans l’organisme humain. Élément majeur qui a enclenché la production sécuritaire du vaccin. Elles l’ont préalablement testé sur elles-mêmes.

Le vaccin contre la coqueluche a connu un succès immédiat. Le taux de mortalité infantile a diminué de façon drastique. Dans les années 1930, la coqueluche tuait plus de nourrissons que la polio, la rougeole, la tuberculose et toutes les autres maladies infantiles réunies.

Leur propre clinique de vaccination a sauvé près de 6 000 nourrissons et jeunes enfants. Des résultats qui ont été considérés comme révolutionnaires, leur vaccin offrant une immunité presque totale contre la maladie.

Ces chercheuses ont également créé le vaccin trivalent DPT, en 1942, protégeant toute personne contre la diphtérie, le tétanos ainsi que la poliomyélite n’importe où dans le monde.

En 2018, on estimait à plus de 15 millions de jeunes enfants qui ont été sauvés. Selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé, le vaccin DPT continue de protéger des millions d’enfants contre ces maladies.

On souligne que ces 3 femmes scientifiques n’ont jamais reçu la reconnaissance internationale méritée pour leurs vaccins contrant plusieurs maladies mortelles infantiles de toutes les régions de tout pays. On a imputé cet « …oubli… » à la Grande Dépression.

Plusieurs ont souligné le manque de respect envers les femmes, leurs accomplissements scientifiques et humanitaires particulièrement, de la part des organismes prestigieux et de la communauté de recherche mondiale.

_________________________

Extrait de mon bouquin Inventrices …de tout âge …de tout lieu sous le thème Vaccins

Catégories

Archives

Journaliste indépendante

Follow S C I E N C E S . . . en bref on WordPress.com
%d blogueueurs aiment cette page :