Copyright © 2014-2021 Murielle Gagné Journaliste/Freelance

L’anglais, première langue universelle

Archives

thFait inédit dans l’histoire de l’humanité, une langue s’accapare le titre de langue universelle et c’est l’anglais, la lauréate. La première à réaliser un tel exploit. Nombre de tribunes internationales lui reconnaissent ce statut tant convoité. Quelques unes tardent à le faire. Mais la réalité est irréfutable.

La langue anglo-saxonne a inscrit ce tour de force grâce à la puissance de ses qualités fusionnelles. La pluralité de ses liens durables et harmonieux a permis des échanges « tissés/serrés » avec des milliers de langages. L’anglais s’est présenté comme le véhicule communicationnel fiable qui répond aux attentes de la majorité des populations mondiales et ce, sans menacer leur identité.

Par défaut ou pas, l’anglais maintenant langue universelle reste un phénomène linguistique unique, jamais rencontré dans les civilisations anciennes et modernes. Des scientifiques en langues et dialectes ajoutent que le fameux « concours de circonstances » aurait joué un rôle non négligeable dans cette épopée. Ils soulèvent deux évènements majeurs : l’éclatement des communications de masse et la globalisation des marchés toutes catégories.

Au cours des dernières décennies, ce langage a offert à la communauté planétaire des solutions pour faciliter le partage d’une multitude de connaissances. Selon des statistiques récentes et les observations s’y rapportant, l’anglais s’est immiscé dans toutes les sphères d’activités internationales, nationales, locales sans oublier celles de la vie privée.

La langue anglaise a d’abord été le véhicule de la diplomatie après la Deuxième Guerre mondiale. Et celui des échanges commerciaux. On lui alloue également une suprématie sur Internet. Que ce soit les plates-formes politiques, technologiques, scientifiques, culturelles, économiques, on l’utilise abondamment et librement.

On souligne que l’anglais reste une langue facile à maîtriser, simple à comprendre et à apprendre, démontrant une vitalité et une convivialité supérieures.

En plus de son universalité, elle est la langue officielle de 70 pays et territoires lesquels, signale-t-on, génèrent environ 40 % du PNB mondial annuellement. Langue seconde dans plusieurs autres pays, on estime à 1,2 / 1,3+ milliard d’anglophones dans le monde dont la langue est maternelle ou secondaire.

La population mondiale, au dernier recensement de l’Unesco, affiche 7,43+ milliards d’humains qui communiquent dans 6 000 langues et dialectes dont 3 000 sont sujets à disparaître d’ici la fin de ce siècle. Il n’y a pas 200 ans, on en dénombrait au-delà de 10 000.

Langue du commerce, des forums de réflexion, des médias, du cinéma, de la télévision, de la musique, de l’informatique, auprès des jeunes et moins jeunes.  Peu importe son lieu de vie ou sa langue identitaire, on se concocte un lexique dépanneur. Car, quotidiennement ou presque, on s’en sert pour pointer rapidement des infos pertinentes qu’exigent les besoins professionnels et personnels.

Quelques pays – Langue anglaise maternelle ou secondaire / Population + ou –
États-Unis 298 millions Inde 126 millions Pakistan 93 millions
Nigéria 83 millions G.-Bretagne 64 millions Philippines 58 millions
Allemagne 52 millions Bangladesh 30 millions Canada 29 millions

L’anglais a toujours fait partie du club sélect des langages dynamiques. Son alphabet moderne montre l’influence de la langue latine reconnue pour sa simplicité et 8925323-i-love-you-word-made-by-post-it-in-12-languagesson nombre restreint de lettres. Des langages, comme l’espéranto apparu vers 1870/85, avaient pour but ultime de devenir la  langue universelle. Leurs succès ont été éphémères.

Présentement, certaines langues se démarquent. Même si l’allemand demeure plus souple que toute autre, ce sont les langues asiatiques qui retiennent l’attention des scientifiques. Le japonais et le thaï en font partie. Elles possèdent les facteurs observés lors de l’émergence de la langue anglaise, soit une population importante et une économique exceptionnelle.

C’est cependant le Chinois/mandarin, regroupant 1,3 / 1,4+ milliard de personnes dont 900 millions jasant en mandarin, qui se dessine une place de plus en plus significative. Cette langue en expansion dans les pays hyper dynamiques – Chine, Hong Kong, Taiwan, etc – pourrait chambouler l’ordre langagier actuel. Et ce, avant la fin du XXIè siècle, un cycle étonnamment innovant et « mondialiste ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marqué : , , , , ,

1 réponse

  1. Le mandarin n’est pas encore la langue des communications du globe.

    J’aime

Catégories

Archives

Journaliste/Freelance

Follow S C I E N C E S . . . en bref on WordPress.com
%d blogueueurs aiment cette page :