Copyright © 2014-2022 Murielle Gagné – Auteure / Journaliste indépendante

Alzheimer, près des 2/3 des malades sont des femmes de 65 ans+

Archives

534205720Le nombre de personnes affligées par la maladie d’Alzheimer triplera d’ici 2050.

Le nombre actuel évalué entre 45-50 millions devrait facilement chiffrer 130-150 millions personnes. Ce constat quelque peu effarant est celui de l’Organisation mondiale de la santé appuyé par l’ensemble des organismes impliqués dans le dépistage et le traitement de cette maladie encore à ce jour incurable.

Une autre statistique des plus alarmantes. Les deux tiers des personnes victimes de l’Alzheimer sont des femmes âgées de 65 ans et plus. En chiffres réels, cela représente 30 à 33 millions de femmes.  Plusieurs études de recherche et rapports statistiques sur les manifestations de la maladie d’Alzheimer selon le sexe le confirment.

Le premier Colloque de l’Association internationale de l’Alzheimer/Alzheimer’s Association International Conference tenu en 2015 – le plus important rassemblement mondial ( 70 pays ) de chercheurs et chercheuses sur les maladies d’Alzheimer et démences – a permis de cibler et de quantifier de façon plus précise certaines causes et ravages.

États-Unis, Grande-Bretagne, Allemagne, France, Italie, Australie, peu importe le pays d’où origine la recherche sur cette maladie dégénérative et incurable, les données et statistiques confirment que plus de 66 % des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer sont des femmes de 65 ans et plus.

Les concordances des données sont surprenantes.  Une étude détaille les résultats obtenus auprès de 400 personnes atteintes de troubles cognitifs légers ( Alzheimer’s Disease Facts and Figures ). On apprend que les facultés cognitives et fonctionnelles seEvolution+de+la+maladie+d_Alzheimer détériorent deux fois plus vite chez les femmes que chez les hommes. Une autre recherche, celle-ci faite auprès de 530 adultes – autant d’hommes que de femmes – viendra appuyer les dommages irréversibles sur la santé des femmes dans le monde.

Les causes de ce pourcentage élevé seraient principalement dues aux impacts négatifs des anesthésies lors d’interventions chirurgicales plus fréquentes chez les femmes que les hommes, de même que certaines séquelles de la dépression. S’ajoutent des stress haut risque liées aux lourdes responsabilités assumées au quotidien par les femmes qui majoritairement sont des aidantes et non rénumérées. Cela semble être une tendance très bien identifiée prévalant dans l’ensemble des communautés de tout pays.

Paradoxe de vie, on reconnaît également les femmes comme aidantes naturelles de première ligne ( 70 % ) auprès des personnes atteintes d’Alzheimer et autres démences. Les tâches relationnelles et affectives devenant de plus en plus exigeantes, les stress inhérents font que 40 % d’entre elles souffriront d’une dépression ou deux. Ou encore d’un « burnout » sévère. C’est une autre statistique scientifique inquiétante qui mine la santé mentale des femmes.

Sachant que les femmes vivent plus longtemps que les hommes, l’augmentation des maladies d’Alzheimer et autres démences reste évidemment proportionnelle à celle de la population vieillissante mondiale. Ces données annoncent aucune amélioration possible du mieux-être mental des femmes et ce, à court, moyen ou long terme.

lolLa maladie d’Alzheimer – qui représenterait 60 à 70 % des cas de démence – se manifeste par des troubles de la mémoire, de la pensée et du comportement. Maladie dégénérative, ses symptômes apparaissent lentement au fil des ans jusqu’à l’incapacité totale de fonctionnement du malade au quotidien.

Il semble que l’Alzheimer ne soit plus uniquement un processus de vieillissemnt. Depuis quelques années, on signale une augmentation significative du nombre de personnes âgées entre 40 et 50 ans qui en sont victimes.  Également, et aussi surprenant que cela puisse s’avérer, on retrouve certains symptômes d’Alzheimer chez l’enfant, les indicateurs de reconnaissance de cette maladie étant de plus en plus sophistiqués,

L’Alzheimer n’en finit plus de s’immiscer dans l’organisme humain. Et partage toujours et encore – entre autres avec les cancers toujours non traitables – l’étiquette de maladie orpheline/rare.

http://www.alz.org

http://www.aaic.org

http://www.oms.org

Marqué :

Catégories

Archives

Journaliste indépendante

Follow S C I E N C E S . . . en bref on WordPress.com