Copyright © 2014-2021 Murielle Gagné Journaliste/Freelance

Autisme versus âge des parents

Archives

autisme (1)Voilà l’hypothèse dominant la recherche la plus exhaustive faite à ce jour sur les troubles du spectre de l’autisme (TSA) et l’incidence de l’âge des parents.

Près de 6 millions de dossiers médicaux d’enfants autistiques répertoriés entre 1985 et 2009 dans 5 pays – Danemark, Israël, Norvège, Suède, Australie de l’Ouest – ont été scrutés à la loupe scientifique.

L’équipe de recherche multidisciplinaire parrainée par la Autism Speaks Health Center (États-Unis) a eu accès aux bases de données centrales et locales de ces pays tout en participant à des évaluations cliniques sur le terrain.

Le document devient très vite incontournable car il divulgue des résultats surprenants sur l’incidence de l’âge du père et celui de la mère et le risque de concevoir un enfant porteur des troubles du spectre de l’autisme. De tels chiffres inédits viennent maintenant enrichir certains énoncés connus mais pas assez  représentatifs.

Nombre de corrélations retiennent l’attention. Ainsi, il y aurait 66 % plus d’enfants atteints de TSA conçus par des pères de 50 ans+ que ceux de 20 ans ; et ce taux est 28 % supérieur chez les pères dans la quarantaine.

Quant aux mères, le taux est de 18 % plus élevé dans le groupe des adolescentes queth celui des femmes de 20 ans+. On établit un pourcentage semblable, environ 15 % de risque, dans le groupe de mamans dans la quarantaine.

Un autre point majeur est l’écart de l’âge entre conjoints. S’il dépasse 10 années, on obtient un taux supérieur à 15 % d’enfants porteurs en comparaison à celui des couples du même âge ou ayant 2 à 3 ans de différence.

Ces facteurs détermineraient l’espace/temps idéal pour concevoir un enfant. En termes d’horloge biologique du couple, ce serait entre 20 et 30 ans préférablement. En tenir compte diminuerait le risque d’autisme. Cette phase de vie rappelle la qualité des cellules reproductives – oeuf et sperme – laquelle tend à diminuer compte tenu  de la courbe de mutation naturelle, le vieillissement !

Rappel très succinct des troubles du spectre de l’autisme (TSA) : 1) déficits persistants dans les relations sociales et les communications  2)  comportements, activités et intérêts restreints/répétitifs  3) pourcentage de prévalence plus ou moins 1 % dans la plupart des populations.

http://www.autismspeaks.org/research    (Autism Speaks Research Center)

http://www.jmolecularpsychiatry.com/content   (Journal of Molecular Psychiatry)

Marqué : ,

Catégories

Archives

Journaliste indépendante

Follow S C I E N C E S . . . en bref on WordPress.com
%d blogueueurs aiment cette page :